Née en Allemagne en 1939, Barbara Humbert n’a pas eu un parcours sportif classique. D’abord secrétaire trilingue français-allemand-anglais puis mère au foyer, c’est en voulant aider sa fille aînée à préparer son baccalauréat de sport, en 1982, qu’elle se met à courir autour de son petit village. Et elle y prend goût. Elle se met rapidement à courir sur de plus longues distances et sur de plus longues durées, si régulièrement que courir devient très vite plus qu’une habitude, une passion.

Elle aime tellement courir que seulement un an et demi plus tard, en 1984, elle participe à son premier marathon, le marathon d’Avon, premier marathon féminin de Paris, organisé par la marque de cosmétiques du même nom.

Elle enchaînera ensuite de nombreux marathons mythiques : Berlin, en 1986, où elle signera son meilleur temps ; New-York, en 1999, à 60 ans, elle arrivera 10e de sa catégorie, Millau en 2019, doyenne de la course, elle effectuera les 100 km, sans broncher. Aujourd’hui, Barbara Humbert a bientôt 83 ans, mais elle ne cesse d’impressionner le monde de la course et d’intéresser les médias.

Un record du monde sur 24 h

Son dernier exploit en date ? Son record du monde, à Brive-la-Gaillarde, le 27 mai 2022, lors des championnats de France des 24 h de course : elle aura couru une distance de plus de 125 km, battant le précédent record de plus de 4 km. 

À travers cet article, nous allons voir comment Barbara est devenue une sportive si exceptionnelle et quelles sont ses méthodes aujourd’hui encore pour rester à un tel niveau.

Sa motivation 

Barbara est motivée par différentes raisons qui ont évolué au fil du temps : à l’origine, elle courait pour conserver la santé et parce que la course lui faisait du bien. Un esprit sain dans un corps sain.

“Le sport permet de se mettre en valeur devant soi-même et de repousser ses limites”, nous explique-t-elle.

Pour Barbara, l’âge n’est pas une excuse pour pratiquer moins de sport. 

“Beaucoup de gens se laissent influencer par leurs proches qui leur disent que ce n’est pas de leur âge. Tant qu’on peut, il faut continuer de courir. Je ne cours plus pour les chronos, mais plus pour la santé et la satisfaction de pouvoir continuer”.

D’après elle, certes en vieillissant, le corps diminue, mais le mental se renforce dans le temps. Et lors d’efforts intenses, lorsque le corps atteint ses limites, c’est le mental qui doit prendre le dessus. Tout nous laisse à penser que sa stratégie porte ses fruits, car elle obtient toujours des prix dans sa catégorie, aujourd’hui Master 9 !

Parmi ses prix, on y trouve médailles et trophées, elle en possède des dizaines, dont elle en a fait don à son club de course à pied : le club Saint-Brice Athlétisme. 

Son secret pour durer

Pour arriver à un tel niveau, Barbara court jusqu’à 50 km par semaine, qu’elle complète par plusieurs séances de vélo d'appartement, chacune sur une durée de 25 kilomètres. 

Afin de varier les sports, Barbara fait régulièrement des séances de vélo, de natation, et de marche rapide Audax, qu’elle effectue sans bâtons et sur des distances de 25 et 50 km. Cet entraînement l’a d’ailleurs fait briller au triathlon de Chantilly en 2021, qu’elle terminera première de sa catégorie avec une jolie médaille d’or et une ovation du public anglophone présent ce jour-là.

Une très belle ténacité qui permet à Barbara d’avoir pour objectif de courir le plus longtemps, le plus souvent, et de garder le plaisir de se surpasser, bien sûr, tout en écoutant son corps et en respectant les temps de repos. Selon elle, s’étirer après chaque entraînement et chercher à être souple afin d’éviter les blessures sont des astuces à ne pas négliger.

Et le trail dans tout ça ?

Grande marathonienne, Barbara est aussi une fan de trail, et s'entraîne notamment dans la forêt de Montmorency, l’un de ses terrains de prédilections, où elle y cherche du dénivelé. 

Elle a également effectué le GR20, trail très reconnu en Corse, en 2006. Bien qu’elle ait trouvé ce trail difficile, cette expérience restera gravée dans sa mémoire, car elle fut unique : elle a adoré découvrir la Corse à travers ses paysages splendides et ses spécialités culinaires qu’elle a pu déguster dans les refuges.

Futurs objectifs 

Barbara a pour projet de courir prochainement différentes courses :

Elle va effectuer début juin l’Urban Trail de Cergy-Pontoise, une course de 11 km qui se veut entièrement urbaine.

Puis le semi-marathon des vignobles d’Alsace : le 26 juin, qu’elle réalisera avec l’une de ses filles. Cette course a la particularité de traverser onze villages typiques alsaciens et de proposer six dégustations gastro-viniques.

Enfin, à long terme, Barbara souhaiterait être sur la ligne de départ du grand marathon public des Jeux olympiques de Paris en 2024. Elle aura alors 85 ans. Cela ne clôturera cependant pas sa carrière de coureuse, car d’ici à ce qu’elle arrête la course à pied, Barbara voudrait battre encore plusieurs records. Affaire à suivre !

Rejoignez Barbara et des dizaines d'autres passionnés au sein du club en ligne Uptrack !